Emailing : 10 objets inspirants des 7 dernières années

Plusieurs écoles s'affrontent quant à la rédaction de l'objet d'un message : certaines affirment que la simplicité et la concision (inférieure ou égale à 60 caractères) sont l'apanage d'un objet incitatif tandis que d'autres privilégient la créativité, quitte à dépasser la limite des 60 caractères prônée par les premières écoles.

Partisane de la maxime selon laquelle un objet doit être aussi simple que créatif, aussi poétique qu'incitatifcomme nous vous le faisons savoir dans nos différents billets parlant de cette fameuse subject line– Message Business a sélectionné et traduit pour vous 10 objets parmi les « 100 objets inspirants » de ces 7 dernières années.

2006 : l'email est encore lu exclusivement sur ordinateur

On est à la veille du lancement du premier iPhone. L'ordinateur est encore le support privilégié pour lire les emails et les objets font parfois plus de 60 caractères.

1. «  Dites à votre patron ce que vous pensez vraiment ».

L'émetteur fait dénoter son objet en usant d'ironie et en faisant jouer le double-sens : à première vue le destinataire devrait dire à son patron une vérité qui fâche alors qu'il s'agit en fait d'un email promouvant des cadeaux pour la journée nationale des patrons.

2007 : l'email devient mobile

Le premier iPhone sort. L'email mobile est plus fréquent et la longueur de l'objet tend à se réduire.

 2. « Express Love »

Nous n'avons pas traduit cet objet à dessein pour en conserver le double sens : on est dans la promotion d'un envoi express pour une livraison peu avant la Saint-Valentin. Il est donc question d' « exprimer » (express voulant dire « exprimer » en anglais) son amour et de bénéficier d'une livraison express.

Un objet à la fois concis et bien tourné que vous pourriez exploiter dans les prochains jours…

3. «  Les vacances sont au coin de la rue. Heureusement, nous aussi ».

A une période où la plupart des emailings des commerçants était massivement consacrée aux ventes en ligne, cet objet a pour but de générer du trafic en magasin, ce que l'email fait tout aussi efficacement. On peut imaginer que les destinataires de cet emailing bénéficiaient en plus d'une remise s'ils le présentaient en magasin à l'aide de leur iPhone.

2008 : les habitudes conso sur le devant de la scène

Les annonceurs montrent peu à peu qu'ils flairent la tendance et connaissent de mieux en mieux les habitudes de leurs consommateurs.

4. «  Un courrier d'admirateurs pour des chaussettes? Oui ! Et ça n'est pas tout… »

Cela peut surprendre mais cet objet joue sur la tendance de l'avis consommateur. Bon nombre de marques s'en sont inspirées.

5. « 10 façons d'embrasser»

Cet objet, pour la promotion d'un coffret cadeau contenant les 10 meilleurs gloss de Sephora, aurait très bien pu être le titre à la Une d'un Cosmopolitan ou d'un Glamour. Les abonnées y ont été d'ailleurs fortement sensibles.

2009 : les codes promo s'insèrent dans l'objet

Les codes promo commencent à apparaître dans les objets ce qui permet aux abonnés d'obtenir leur remise sans même ouvrir l'email.

6. «  Présentez cet email dans un magasin Gap et Gagnez, ça débute le 19 octobre »

Plus facile et plus commun à l'aire du smartphone, cet objet incite les abonnés à présenter l'email en magasin pour bénéficier d'une offre sur place grâce au code bar imprimable de l'emailing.

2010 :  le couple objet/première ligne bichonné

La prévisualisation désormais possible de l'objet et de la première ligne d'un Email pousse les annonceurs à soigner davantage leurs préheaders.

7. « Nous savons quand Tiger fera son retour… Il sera présent lors du 11e tour de l'APG »

L'objet et la première ligne exploitent les spéculations sans fin du retour de Tiger Woods sur les terrains de golf au lendemain de son scandale sexuel. L'emailing fait la promotion du lancement du 11eme tour de l'Association Professionnel des Golfers. Un  exemple à suivre de rebond sur l'actualité.

2011 : un objet d'emailing ultra-personnalisé

2011 fait écho a une tendance latente en 2008 : la connaissance des habitudes des consommateurs menant à un début de personnalisation des emailings. En 2011, on assiste à une ultra-personnalisation du message et ce, dès l'objet.

8. « Chad, 118 de vos contacts ont changé de travail en 2010 »

La personnalisation va déjà au-delà de la simple connaissance du prénom :  cet objet  contient trois données personnelles (le prénom du destinataire, la circonférence de son cercle, l'année) et incite à la lecture de l'email où figurent les photos de 20 contacts ayant eu un nouveau travail en 2010.

2012 : usage des caractères spéciaux


Les caractères spéciaux commencent à apparaître dans les objets. En règle générale, à peu près 1% des emailings promotionnels a inclus un caractère spécial dans l'objet. Trois fois plus en 2013.

9. «  Ils veulent Internet »

Pour soutenir leur cri de ralliement contre la censure d'Internet, un mouvement populiste a utilisé une série de caractères spéciaux pour créer un encadré noir tel que perçu ci-dessus pour caractériser cette censure.

2013 : les hashtags font leur grande apparition

Les hashtags dans les objets deviennent populaires et traduisent l'usage croissant des médias sociaux dans la communication des annonceurs.

10. « Et notre vin #1 est… The Wine.com, le TOP 100 est ici »

Les annonceurs se tournent peu à peu vers le marketing de contenu, motivé par les besoins exprimés par leur communauté, et cet objet en est la preuve : il donne l'impression que l'email promeut le TOP 100 des vins d'un article de magazine.

Si ces objets doivent servir d'inspiration à tout annonceur lançant sa campagne d'Emailing, on ne saurait que trop vous conseiller que de tester vos objets pour connaître ceux qui rencontrent le plus de succès auprès de vos abonnés. N'oubliez pas que le meilleur objet est celui qui génère le plus grand taux de conversion ou plus de ventes et non celui qui génère le plus fort taux d'ouverture.

Merci à Consonaute.